« PAROLE AUX JEUNES »

Posté dans : ACTUALITES, politique, ville | 0

Mercredi dernier, les jeunes de Montagnac, âgés de 12 à 17 ans ont pu passer quelques heures avec les élus du Conseil Municipal dont Monsieur le Maire Yann Llopis, Mme M.T. Traves (en charge de la Jeunesse et des Sports) et en présence de l’équipe du Service jeunesse. L’occasion d’échanger de manière directe et franche sur des sujets aussi variés que le sport, le commerce dans le village, les incivilités ou le bien vivre ensemble. Cette initiative, qui se perpétue depuis 2001 a une nouvelle fois montré toute la valeur et l’importance de la proximité entre les élus et la jeunesse Montagnacoise.

IMG_6810
IMG_6803
IMG_6790
IMG_6778

Introduction

Omar TOUROUGUI a présenté cette action, en incitant les jeunes à profiter de ce moment pour échanger avec leurs élus et qu’il était important de garder cette proximité. Il a rappelé également qu’ils sont consultés à d’autres moments, notamment de par une grande enquête où 364 jeunes ont répondu l’année dernière et dont les résultats ont été diffusés.

Tous les  jeunes peuvent aussi s’exprimer sur le Facebook ados de «planetejeunes». Il faut savoir que tous les jeudis soir, un animateur répond à vos questions de 17h30 à 19h en direct pour tous les jeunes adhérents ou pas en période scolaire. Tous les jeunes peuvent venir aussi dans le cadre de la salle des jeunes, discuter avec les animateurs le mardi, vendredi de 17h à 19h ainsi que le mercredi de 15h à 19h. Yann LLOPIS a insisté sur le fait que la question de la jeunesse était au centre des préoccupations du conseil municipal. Il a rajouté aux jeunes que les élus étaient là pour les accompagner, être en phase avec leurs attentes et les a ensuite remercié d’être venu.

Questions/Réponses

Grâce à la mise en place d’un cahier de questions, les jeunes les plus timides ont pu poser leurs questions et la discussion s’est ensuite lancée parfaitement.

  • « Est-ce qu’on pourrait faire plus de tournoi de Futsal ? »
  1. TOUROUGUI, après avoir indiqué qu’il existait déjà une activité « Futsal » au sein du Service Jeunesse encadré par des animateurs, a ensuite donné un bémol concernant le « Futsal » sauvage, qui consiste pour certaines personnes de rentrer à n’importe qu’elle heure dans le gymnase. Il a ensuite demandé aux jeunes de se manifester pour rajouter des créneaux, et que la question serait étudiée en fonction des disponibilités.
  2. TOUROUGUI a conclu en annonçant que pendant tout le mois de juillet des tournois de football festifs seraient organisés les lundis par le service jeunesse de 18h30 à 20h.

 

  • « Est-ce qu’il serait possible de mettre de la pelouse, ou du synthétique, au city-stade ? »
  1. LLOPIS a dit que ce n’était pas possible sur le city stade car c’est une installation globale. C’est peut-être faisable sur le terrain multisport d’à côté mais reste à savoir s’il sera utilisé car cela aura un coût (tonte, arrosage…).
  2. LLOPIS a rajouté que ce lieu du plateau sportif était au centre d’un grand projet d’un autre groupe scolaire, afin de répondre à l’agrandissement de notre village. Cette zone est en devenir.
  • « Est-ce que le chantier jeunes pourrait être ouvert aux enfants qui ont moins de 12 ans ? Au moins à ceux qui sont dans l’année de leurs 12 ans… »
  1. TOUROUGUI a indiqué que l’âge de 12 ans révolus correspond à une réglementation spécifique à ce type d’animation, car les jeunes sont amenés à utiliser des outils… Donc pour l’instant la réponse est négative.
  2. LLOPIS a ensuite rajouté qu’il s’agissait d’une loi et qu’on devait l’appliquer.
  • « Serait-il possible de construire un nouveau gymnase ? Et pourquoi pas l’ouvrir au public? »
  1. LLOPIS s’est montré d’accord avec cette envie, le gymnase actuel étant très occupé, mais que cela allait coûter très cher… Il a expliqué que la Mairie devait d’abord acheter des terrains pour cette zone où a été créé récemment le jardin partagé, et où sont en projets un groupe scolaire et donc un gymnase. Mais d’autres projets actuels vont retarder ces actions, notamment l’entretien de l’Eglise (500 000 €) et la réparation des murs de l’esplanade basse (300 000 €). Il a donc conclu que le nouveau gymnase est réellement un projet qui existe mais qui ne verra pas le jour avant 2020.

Quant à l’ouvrir à au public, M. LLOPIS a répondu que ce ne serait pas envisageable car il existe déjà de nombreux utilisateurs (Hand-Ball, collège, écoles, Service jeunesse…)

  • « Pourquoi il n’y a pas de club de foot pour les filles ?»
  1. TOUROUGUI a d’abord indiqué que cela existait il n’y a pas si longtemps et que l’équipe avait d’ailleurs de très bons résultats puisqu’elles ont gagné la Coupe de l’Hérault. Il a conseillé la jeune qui a posé cette question à se rapprocher du club de football de Montagnac, de prendre les noms des personnes intéressées, et que le service jeunesse pourrait éventuellement accompagner cette démarche.
  • « Pourriez-vous construire une piscine dans le terrain vague derrière le stade de football (en face de la maison des sports)  »
  1. LLOPIS a expliqué que ce terrain-là concernait cinq propriétaires ! Qu’il était d’ailleurs normalement interdit de s’y garer… Pour l’instant, quatre veulent vendre. Il a précisé que la Mairie avait bien un projet sur ce terrain, mais que cela concernerait plutôt la construction de nouveaux logements sociaux.

Par rapport à la piscine, M. LLOPIS a répondu négativement car ce terrain est trop petit, qu’il existe déjà celle de Bessilles et que cela serait de toute façon trop cher, en prenant l’exemple de Pézenas qui est un « gouffre financier ».

  • « Existe-t’il des navettes pour aller à Bessilles »
  1. LLOPIS a répondu qu’il en existait, qu’il s’agissait des « Cap Bus » gérés par la Communauté d’Agglomération Hérault Méditerranée.
  2. TOUROUGUI a précisé qu’il y avait quatre horaires par journée, qui correspondent à deux allers-retours. Il a rajouté qu’il était conscient que ce n’était pas assez, que le service jeunesse travaillait sur ce dossier pour en rajouter mais que c’était compliqué.
  • « Lorsque nous jouons au plateau sportif, il nous arrive d’envoyer notre ballon dans les terrains de tennis qui sont fermés… Comment pourrions-nous faire pour les récupérer ? »
  1. LLOPIS a d’abord rappelé qu’au lancement de ce plateau sportif, les terrains de tennis étaient ouverts. Mais que cela avait cessé à cause d’un certain nombre de dégâts (Chaise d’arbitre volée, filets cassés…) Donc qu’il existait trop d’incivilités pour y laisser un libre accès.
  2. TOUROUGUI a proposé que lorsqu’un ballon se perdait, les jeunes prennent contact avec les responsables du club de Tennis. Mais de ne surtout pas monter au grillage !

Mme TRAVES a ensuite rajouté que c’était très dangereux de monter à ce type de grillage, en rappelant certains accidents sur le terrain de football.

 

  • « Au plateau sportif, les grillages sont cassés et les filets arrachés. Allez-vous les réparer ? »
  1. LLOPIS a indiqué avoir noté cette demande, et que cela allait être fait. Il a également demandé d’arrêter ces incivilités qui coûtent à la commune et qui empêchent la création d’autres projets…
  • « Serait-il possible d’ouvrir un centre commercial à Montagnac ? »
  1. LLOPIS a raconté avoir reçu le directeur du centre « Intermarché » de Mèze, donc que ce projet était à l’étude, et qu’il serait débattu lors du conseil municipal du 27 juin prochain.

Il a voulu rajouter que si cela se faisait, il y avait des points positifs comme la création d’emploi, ou le fait que les gens qui vont actuellement faire leurs courses à Pézenas iraient plutôt à Montagnac. Mais cela pose aussi la question des commerçants de Montagnac…  M. LLOPIS a annoncé vouloir aussi protéger les gens du village.

Il a conclu cette question en disant que si ce projet existe un jour, ce ne sera pas avant trois ou quatre ans. Il a également demandé aux jeunes : « Que feriez-vous à ma place ? », ce à quoi les jeunes ont répondu et ont lancé un débat :

  • « Cela risquerait aussi de faire fermer le SPAR… »
  1. LLOPIS était d’accord avec cette remarque et a donc une nouvelle fois soulevé l’importance de cette question.
  • « C’est la concurrence ! »
  1. LLOPIS a répondu affirmativement et que c’était pour cela qu’il y aurait des débats et des discussions afin de prendre la meilleure décision. Il a encore rajouté vouloir d’abord protéger les montagnacois, même si c’est vrai que 80 % font leurs courses à Pézenas…

Il a ensuite rajouté qu’au départ, tous les commerçants étaient contre le SPAR, mais qu’aujourd’hui ils sont toujours là. La crainte étant la désertion également du centre du village…

  • « Et un LIDL ? »

M.LLOPIS a expliqué l’impossibilité de cette demande, car un LIDL sera bientôt crée à Mèze.

Conclusion

TOUROUGUI a commencé cette conclusion en faisant une demande aux jeunes par rapport aux incivilités : « Si vous voyez des camarades faire des bêtises dans le village, essayez de les raisonner uniquement par un discours tranquille ! Cela servira à continuer à faire des projets et à faire avancer la cause des jeunes mais ne pas se mettre en danger ou utiliser la violence ! »

Et M. LLOPIS de rajouter : « Surtout que vous venez de voir que l’argent dépensé pour les incivilités ne peut pas être utilisé pour autre chose… »

  1. TOUROUGUI a ensuite affirmé qu’il existait des solutions pour résoudre ces incivilités, avant de remercier tous les participants de cette rencontre enrichissante.